(Modifié en date du 21 juin 2018)

 

Établissement d’enseignement, le lycée Auguste Renoir accueille les élèves non seulement pour leur apporter un savoir, mais aussi pour les guider dans leur apprentissage de la vie. Afin d’éviter tout clivage artificiel entre éducation et instruction, les parents sont invités à prendre leur juste part dans cette tâche de formation.

Lieu de communication et d’échanges, le lycée offre à tous les élèves au cours de leur scolarité les moyens d’accéder à une formation plurielle (culturelle, scientifique, philosophique, politique, économique…) dans un esprit de laïcité, de tolérance et d’ouverture, excluant toute propagande, tout prosélytisme et toute discrimination. Ces moyens ont pour fonction essentielle d’aider les élèves à s’exprimer et à se comporter en individus responsables et autonomes.

Le règlement intérieur du Lycée Auguste Renoir obéit aux règles et aux principes édictés par le Code de l’Éducation. Certains de ses éléments particuliers doivent cependant être précisés.

 

  1. Tenue, Discipline

Un esprit de laïcité et de tolérance excluant toute propagande, tout port de signe ostentatoire, tout prosélytisme et toute discrimination est requis dans le lycée.

Pour cette raison, le port de signes ou de tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. Il est notamment obligatoire de demeurer tête nue dans les bâtiments.

Par ailleurs, le port d’écouteurs ainsi que l’usage d’un téléphone portable sont interdits dans l’ensemble des bâtiments, à l’exception du Foyer des élèves. Ils peuvent également être utilisés dans la cour de récréation.

 

Dans certaines disciplines telles que l’Education Physique, les SVT ou la Physique-Chimie, le port de la tenue prescrite conditionne la possibilité de participer à l’activité et est par conséquent obligatoire.

 

Le climat de confiance et le respect mutuel qui doivent régner entre les personnels et les élèves qui fréquentent le lycée reposent sur l’observation d’un certain nombre de règles de vie en communauté.

Le respect des personnes et des biens est un impératif catégorique.

La discipline qui en résulte doit permettre :

  • que les activités de chacun ne gênent en rien celles des autres,
  • que les locaux soient laissés en bon état par égard pour le personnel de service et pour les usagers,
  • que la vie scolaire dans l’établissement soit pour l’élève un facteur d’épanouissement.

 

Les propos ou comportements à caractère raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe ou réduisant l’autre à une apparence physique ou à un handicap ainsi que les violences verbales, la dégradation des biens personnels, les vols ou tentatives de vol, les brimades, le bizutage, le racket, le harcèlement, y compris celui fait par le biais d’internet, les violences physiques et les violences sexuelles, dans l’établissement et à ses abords immédiats sont prohibés et passibles de sanctions disciplinaires et/ou d’une saisine de la justice.

  1. Assiduité

L’assiduité fait partie des obligations scolaires fondamentales. Déroger à cette obligation expose aux sanctions les plus importantes, notamment à l’exclusion définitive dès lors que ce premier manquement s’accompagne, comme c’est fréquemment le cas, du manquement à d’autres obligations scolaires telles que le respect des personnes et des biens ou l’accomplissement du travail prescrit.

 

Les absences devront donc être justifiées par la remise d’un document écrit au plus tard 48H après le retour d’un élève dans l’établissement. Une fois ce délai dépassé, l’absence sera considérée comme injustifiée et quatre absences injustifiées donneront lieu à un signalement à l’Inspection d’Académie.

Les élèves majeurs demeurant à la charge de leurs familles, celles-ci seront averties de tout manquement aux obligations scolaires et s’engagent à fournir à l’établissement, comme dans le cas des élèves mineurs, les justifications que celui-ci pourra leur demander.

Les parents d’élèves seront informés de toute absence de leur enfant par un message qui, si possible, sera un SMS.

 

Le fait d’être dispensé d’une activité inscrite au menu d’EPS ne dispense aucunement d’être présent pendant l’horaire prévu pendant le déroulement de cette activité. Seul le professeur d’EPS encadrant cette activité est habilité à décider si l’élève qui se trouve dispensé de l’accomplir peut être absent pendant le créneau concerné ou s’il doit y accomplir un autre travail.

 

Par ailleurs, les élèves mineurs auront l’autorisation de se rendre par leurs propres moyens aux lieux extérieurs au lycée où se déroulent les activités prévues par leur professeur –telles que des activités sportives, des sorties culturelles ou des visites- et d’en revenir par leurs propres moyens s’ils disposent d’autorisations parentales.

 

L’assiduité est également requise pour la pratique des options. L’inscription à une option, prise en début d’année, commande la structure de l’emploi du temps, la nature des professeurs appelés à exercer dans l’établissement et par conséquent aussi l’utilisation des ressources publiques ; pour cette raison les élèves qui s’inscrivent en début d’année à un enseignement optionnel, ainsi que leurs responsables légaux, s’engagent formellement à ne pas solliciter une désinscription pendant le courant de l’année.

 

  • Ponctualité

Les portes d’accès aux bâtiments du lycée sont fermées – notamment pour éviter toute intrusion – au moment où débutent les cours, soit par exemple à 8H00 le matin et à 13H10 en début d’après-midi. Tout élève retardataire est tenu de demeurer dans l’enceinte du Lycée et devant les portes d’accès aux bâtiments jusqu’à ce qu’un assistant d’éducation vienne le conduire en permanence. Il est formellement interdit à un retardataire de se soustraire à l’autorité de l’assistant d’éducation et de tenter de rejoindre une salle de classe.

 

DEBUT DES COURS FIN DES COURS
M1 (Première sonnerie à 7H55) 8H55
8H00
M2 9H00 9H55
RECREATION de 15min
(Sonnerie de fin de récréation à 10H05)
M3 10H10 11H05
M4 11H10 12H05
PAUSE REPAS
(Sonnerie de fin de pause-déjeuner à 13H05)
S1 13H10 14H05
S2 14H10 15H05
RECREATION de 15min
(Sonnerie de fin de récréation à 15H15)
S3 15H20 16H15
S4 16H20 17H15
S5
17H20 18H15

 

  1. Santé et Sécurité

 

Aucun produit ou objet susceptible de provoquer une nuisance – alcool, nourritures diverses,  stupéfiant, médicament, arme – ne doit être introduit dans l’établissement.

Dans le cas où un traitement oblige à prendre un médicament pendant la présence au lycée, l’infirmière de l’établissement devra en être informée par écrit. Les parents s’engagent par ailleurs à venir chercher leur enfant mineur à la demande du Lycée et, en cas d’urgence ou d’impossibilité de les joindre, à autoriser toute décision recommandée par les autorités sanitaires aux responsables de l’établissement.

 

Par ailleurs, tout déclenchement par malveillance de l’alarme incendie, compromettant le travail et la sécurité de l’ensemble des usagers du lycée, est de nature à provoquer la traduction  de l’élève devant le conseil de discipline et  d’entraîner son exclusion définitive.

 

  1. Livres et Manuels

 

Les manuels scolaires sont fournis par le lycée grâce à des subventions versées par le Conseil régional d’Ile-de-France.

En fin d’année les manuels comme les livres empruntés devront être restitués selon un calendrier impératif. Sans cette restitution, l’établissement ne procédera pas à la réinscription des élèves et ne délivrera aucun exeat ou relevé de notes de Baccalauréat aux élèves qui le quittent.

 

Le CDI (centre de documentation et d’information) est un lieu de travail ouvert aux élèves et aux personnels du lycée ; c’est également un lieu et un outil pédagogique (formation des élèves à la recherche d’information) et une bibliothèque. Les modalités de prêt des documents et d’utilisation du lieu sont décrites dans le règlement intérieur du CDI, dont tous ses usagers doivent prendre connaissance et veiller à l’appliquer rigoureusement. 

 

  1. Droits des élèves

 

Les élèves disposent des droits d’expression individuelle et collective, de réunion, d’association et de publication. Ceux-ci s’exercent dans le respect du pluralisme, des principes de neutralité et du respect d’autrui. Tout propos diffamatoire ou injurieux peut avoir des conséquences graves. L’exercice de ces droits ne doit pas porter atteinte aux activités d’enseignement, au contenu des programmes et à l’obligation d’assiduité.

Les publications rédigées par des lycéens peuvent être librement diffusées dans l’établissement. Ce droit peut s’exercer sans autorisation, ni contrôle préalable du chef d’établissement. Le responsable de la publication peut être un élève majeur ou mineur. Toutefois, les écrits doivent ne présenter aucun caractère injurieux ou diffamatoire, ni porter atteinte aux droits d’autrui ou à l’ordre public. La responsabilité personnelle des rédacteurs est engagée pour tous leurs écrits quels qu’ils soient, de sorte que ces écrits doivent  indiquer l’identité de leurs auteurs. Les lycéens s’interdisent tout prosélytisme politique, religieux ou commercial.

Un panneau d’affichage est mis à la disposition des élèves. La publicité des actions entreprises et la diffusion d’informations par voie d’affichage ne peuvent s’effectuer sous couvert d’anonymat. Elles sont soumises au contrôle préalable du chef d’établissement ou de l’un de ses représentants.

Un local dit « salle d’étude » est mis en permanence à la disposition de tous les élèves

 

 

 

  • Sanctions

 

Outre les punitions que constituent le travail supplémentaire ou la retenue, les sanctions prévues par le Code de l’Education  sont les suivantes :

 

– Avertissement,

– Blâme,

– Mesure de responsabilisation,

– Exclusion temporaire,

– Exclusion définitive.

 

Décidé par le Proviseur ou le Proviseur Adjoint, sur la sollicitation du conseil de classe ou indépendamment d’elle, l’avertissement  donne généralement lieu à une commission éducative qui réunira l’élève, sa famille, le professeur principal de la classe, la CPE qui a cette classe en charge, le Proviseur ou le Proviseur Adjoint.

 

Un seul avertissement peut être notifié pendant l’année scolaire. Un blâme, surtout s’il se trouve infligé parce que les engagements pris en commission éducative ne sont pas respectés, annonce une traduction devant le conseil de discipline.

 

Un élève sanctionné et sa famille disposent d’un délai de trois jours pour faire appel auprès du Proviseur ou du Proviseur Adjoint de la sanction que ceux-ci ont arrêtée.